L'Argentine de mes rêves !
Accueil

voir lien> tout le catalogue de l'exposition voir lien > www.argentinaobs.org

retour> page précédente

 

Présentation du catalogue "L'Argentine de mes rêves"

voir lien> tout le catalogue de l'exposition
Catalogue de l'exposition d'artistes argentins au Sénat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dessinez moi un rêve !

Pour la plupart des gens, l'Argentine est un pays lointain dont ils ignorent, sinon l'histoire, les événements contemporains qui s'y sont déroulés en décembre 2001. Il va de soi qu'aujourd'hui, ici en Europe, nous ne pouvons ne pas chercher à comprendre " une certaine Argentine" qui fut en son temps au cœur de nos luttes et de nos rêves.


Nous avons été présents afin d'aider et de soutenir celles et ceux qui voulaient voir fuir le cauchemar.L'Argentine est un pays de rêves. Oui. Un pays, unique en son genre qui a donné l'espoir à des milliers d'européens, de croire à un " monde nouveau, à une autre vie", qui a rassemblé des femmes et des hommes venus de loin pour s'immiscer dans son lit, vastes espaces, paysages détonants, qui offrait la liberté d'être. Le rêve les portait.Certains réfuteront l'usage du mot rêve et je les comprends. Des démons indomptables les dérangent encore et pourtant je reste convaincu que notre soutien doit toujours s'exprimer afin d'aider ceux qui, Outre-Atlantique attendent encore des pays de leurs ancêtres de nouveaux rêves.Participer à l'organisation de l'exposition de 36 peintres argentins au Sénat fut un réel plaisir, grâce à l'esprit de collaboration, dès la mise en œuvre du projet entre les artistes, l'association de l'Observatoire de l'Argentine contemporaine et les services du Sénat.


L'exposition " 36 artistes, explore le dialogue créatif qui s'est développé depuis " 100 tableaux pour l'Argentine en 2002" dont la présidente de l'Observatoire, Diana Quattrocchi, soulignant en son temps, le chaleureux accueil et les réaction extraordinaires des peintres argentins.


L'œuvre d'art nécessite des échanges, réclame aussi une complicité. Son pouvoir relève de fluides subtils qui pénètrent les êtres où la contemplation devient exploration.Pouvoir de captation, force d'une certaine idée créatrice, capacité de saisissement. Le stricte choix limitant le nombre d'artistes fut un paramètre incontournable conditionné par le lieu d'exposition lui-même. Nous pouvons le regretter pour l'occultation qu'elle induit des œuvres des nombreux autres artistes argentins vivant en France.Le sens de toutes ces œuvres naît de l'histoire de leurs créateurs. Dans la peinture s'exprime une mémoire très riche du passé. Le temps de la création, comme celui de la psychanalyse est celui de la résurgence qui se construit avec des formes, des couleurs... Leur organisation, différentes en apparence et ce qu'elle cache, est affaire de choix. Le projet fut conçu en un temps record. Sa réalisation également. Les artistes, malgré leurs propres expositions ou occupations ont répondu avec la plus grande chaleur à cet " coordinateur non argentin", connaisseur des arts par ses études aux Beaux Arts, mais inculte, faut-il l'avouer, de l'histoire de l'art argentin,


Ces rencontres sans doute insuffisantes pour définir des théories savantes des démarches créatrices des artistes argentins m'ont toutefois permis, sans prétendre )à l'exhaustivité, à mieux cerner les interactions artistiques et à découvrir, au delà des mots, le pouvoir et la puissance des expressions. L'œuvre, tel un exutoire libère. Une poignante humanité, comme une peinture énigmatique se déroule devant vos yeux. Ce modeste catalogue en est une source d'exemples. Je suis particulièrement reconnaissant envers Martin Reyna qui m'a ouvert son atelier pour recevoir les 36 œuvres de l'exposition, la collaboration de Joan Carlos Herrera qui m'a assisté dans les contacts auprès des artistes. Je tiens à saluer spécialement Léonardo Antoniadis qui fut l'œil photographique et qui œuvra à ce catalogue avec tout son professionnalisme et sa courtoisie durant plusieurs semaines.


J'ai également bénéficié d'un très favorable accueil de la part des membres du bureau de l'Observatoire en particulier sa présidente, Diana Quattrocchi et Carlos Schmerkein pour la réalisation de cette édition.
Pour leurs appuis, j'exprime à chacun ma profonde gratitude et amitié.

Jean-François Dray